Microcrédit

Programmes de microcrédit

Mis en place en partenariat avec St Moses Children’s Care Center and Community Development et African Child Outreach Trust

Région de Jinja, Sud-Est de l’Ouganda et région de Gulu, Nord de l’Ouganda
 

Contexte du projet


Le secteur des finances est développé en Ouganda, mais se concentre principalement dans les régions urbaines. Dans les milieux ruraux, les emprunts informels sont plus courants. D’après un rapport du « Poverty Eradiction Action Plan », approximativement 43 % des foyers ougandais ont un accès difficile à des crédits, qu’ils proviennent de sources formelles ou informelles. Seulement 6 % des foyers du pays bénéficient des services d’institutions de microfinance. Le problème est plus accru en milieu rural où les institutions financières sont quasiment absentes. 85 % de la population vit cependant en milieu rural et 52 % vit sous le seuil de pauvreté.

Le Nord de l’Ouganda, région où l’un des programmes de microcrédit a été mis en place, a souffert durant plus de 20 ans d’une guerre civile. La jeunesse a grandi dans les camps de déplacés où la population a dépendu de la communauté internationale. De retour au village, les gens ont dû repartir de zéro, les activités génératrices de revenu qu’ils possédaient auparavant n’existant plus. De plus, les nombreuses années à survivre dans la peur les ont traumatisés et ont affecté leur confiance personnelle.
 

Qu’est-ce que le microcrédit ?


Le microcrédit consiste en l'attribution de prêts de faibles montants à des entrepreneurs ou des artisans qui ne peuvent accéder aux prêts bancaires classiques, ce par manque de valeurs mobilières ou immobilières. Existant sous d'autres formes, ce système a été formalisé au Bangladesh à la fin des années 70 par Muhammad Yunus, un économiste bangladeshi de haut-vol et a fait ses preuves au point que cet homme ainsi que la banque qu'il a créée ont été nommés Prix Nobel de la Paix en 2006.

Vu comme une manne financière, le succès des microcrédits au niveau mondial a aiguisé l'appétit de nombreux instituts financiers qui désormais en profitent. Ainsi nous tenons à préciser que notre objectif est exclusivement de rendre le projet pérenne et que d'aucune manière nous ne comptons générer un profit par cette action. Pour ce faire la sélection des participants est pointue, s'effectuant à l'aide des autorités civiles locales ainsi que des membres de la communauté et un soin spécifique est apporté au suivi et à la formation des participants. Les intérêts couvriront à long terme les frais du projet.
 

Objectif du projet


Favoriser la pérennité et améliorer le niveau de vie de familles vulnérables dans les régions de Jinja et de Gulu.

Mis en place conjointement avec African Child Outreach Trust et St.Moses Children’s Care Centre & Community Development, ce projet a pour but de renforcer la capacité de parents d’orphelins et enfants vulnérables des régions de Jinja et Nwoya, à subvenir aux besoins de leur famille. Au vu du succès de l'opération (100% de remboursement en novembre 2012) il a été décidé de développer le programme.
 

Fonctionnement


Groupes, formations et prêts :
Réunis au sein de groupes (comptant 15 à 25 personnes) chapeautés par des travailleurs sociaux et des agents de crédits, les participants reçoivent tout d’abord des formations en gestion de crédit et d’épargne, en entreprenariat et en agriculture. Ces dernières ont pour but d’enseigner une meilleure planification, un meilleur suivi et une meilleure gestion des affaires.
Lorsque les groupements ont acquis les connaissances nécessaires à la mise en place d’une activité génératrice de revenu, ils reçoivent alors un premier prêt en vue d’entamer un projet leur permettant d’améliorer leurs revenus (élevage, restauration, confection d’artisanat, etc.). Quatre autres prêts, dont le montant va en augmentant, suivront afin d’assurer la pérennité de l’activité entamée.
Ces prêts sont remboursés en 6 mois, avec un taux d’intérêt constant (taux sur le prêt de base) de 15%.

Suivi :
Le suivi du projet est basé sur un mode participatif. Les leaders locaux et les membres des groupes sont impliqués dans tous les processus de gestion, de prêt et de remboursement. Les responsabilités de chacun sont inclues dans le règlement intérieur de chaque groupe. Les formations données aux membres leur permettent de diriger et gérer leur groupe, favorisant ainsi l’appropriation du projet par les bénéficiaires.

Les agents de crédit rendent régulièrement visite aux familles pour assurer un suivi des activités génératrices de revenu et un remboursement effectif.

Valorisation de la gent féminine :
Approximativement 80% à 90% des membres des groupes sont des femmes. Elles montrent une meilleure capacité à prendre en main l’avenir de leurs enfants. Elles sont d’ailleurs naturellement plus nombreuses à vouloir faire partie des groupes. Grâce à leurs nouvelles responsabilités et connaissances, ce projet permet de revaloriser leur statut au sein de la société.