Projet de prévention des violences basées sur le genre

Dans un contexte d’inégalité de genre, l’objectif global du projet est de contribuer à une société paisible où les femmes et filles vulnérables, les hommes et garçons sont conscients et profitent pleinement de leurs droits. Cela va dans le sens d'améliorer une harmonie familiale favorable au bien-être des enfants.

Partenaires terrain
Hope Alert Network for Development and local empowerment (HANDLE) est une ONG active depuis 2012 au nord de l’Ouganda mettant en œuvre des programmes visant à l’amélioration des moyens de subsistances.


Bénéficiaires
Le projet bénéficiera directement à 2’580 personnes environs, femmes et hommes, et indirectement à 12’900 personnes (5 personnes en moyenne par ménage).

Description

HANDLE Uganda est une petite ONG locale basée à Gulu, au nord de l’Ouganda, une région qui fait encore face aux conséquences dévastatrices d’une guerre civile longue de vingt ans. L’organisation a débuté un projet de trois ans dans le district de Nwoya afin de lutter contre la violence basée sur le genre (VBG), fortement répandue au nord de l’Ouganda pendant et après le conflit. Ce projet ambitieux développe une approche pluridimensionnelle et holistique afin de répondre au problème de VBG aux niveaux individuel, familial, communautaire ainsi qu’auprès du gouvernement local.

Outre divers types de violences physiques, la VBG prend aussi la forme d’un accès  inégal à la propriété foncière et aux différents moyens de production et sources de revenus. Afin d’y remédier, HANDLE promeut les droits des femmes et l’égalité avec les hommes en offrant à 300 femmes en situation de pauvreté un support dans la création d’assemblées villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) afin de renforcer leur alphabétisation financière.  De surcroît, l’organisation fournit des formations et un accompagnement dans la création et la gestion de micro-entreprises. L’objectif est de renforcer l’indépendance financière des femmes par rapport aux hommes afin de gagner en autonomie et tendre vers une position paritaire.

Ces femmes sont aussi informées sur leurs droits et ce qui définit les VBG, de telle manière qu’elles puissent reconnaitre les diverses formes de discriminations et de violations à leur encontre. Elles reçoivent des informations sur ce qu’elles peuvent faire si elles-mêmes ou des femmes de leur entourage sont victimes de VBG. Les ressources nécessaires pour accéder aux services légaux et médicaux sont aussi mises à leur disposition. HANDLE a dans ce but une représentante légale qui apporte son soutien aux victimes en les dirigeant vers les services adéquats pour les cas les plus graves, et en assurant un service de médiation auprès des familles pour les cas de disputes conjugales.
 
HANDLE apporte aussi son soutien en cas de conflit foncier afin de limiter la tournure dramatique que ceux-ci prennent souvent. Un service de médiation est à disposition des familles et communautés concernées par de tels problèmes, ainsi qu’un support légal si besoin est. Si la privation d’accès à la propriété est en soi déjà une atteinte aux droits des femmes, elle dégénère souvent en violence physique, de manière particulièrement marquée au sein d’une population encore traumatisée par la guerre civile. Il est dès lors important de ne pas négliger cette problématique.
 
Avec les hommes aussi…
Le projet ne se limite néanmoins pas aux femmes. En effet, HANDLE forme aussi des groupes d’hommes-modèles constitués d’hommes de divers niveaux d’influence et origines sociales, allant des paysans aux Rwotkweris (chefs de clan). Trois groupes de trente hommes chacun reçoivent une formation intensive afin de jouer le rôle de vecteur de changement au sein de leur village et de leur communauté. Ils acquièrent des connaissances sur la VBG, les droits des femmes et sur ce qu’ils peuvent faire pour influencer et éduquer les membres de leur communauté.
 
Chaque homme ainsi formé représente un modèle pour sa famille et ses voisins et œuvre de manière intensive auprès de dix familles en situation de conflit, plus particulièrement de VBG. Les hommes-modèles bénéficient en outre de formations de base en service de consultation et de gestion de conflit pour les cas de VBG. Des vélos sont aussi mis à leur disposition pour mener à bien leur travail de mobilisation communautaire et leurs devoirs de médiateurs.
 
HANDLE travaille aussi de manière étroite avec le gouvernement local, la police et les autres parties prenantes afin de renforcer ses initiatives. Conjointement avec les autorités concernées, l’organisation réalise un important travail de sensibilisation auprès des communautés au travers d’événements culturels. A ces occasions, les différents leaders s’expriment contre la VBG et informent leur communauté de ses conséquences néfastes. Les forces de police sont quant à elles formées sur la façon de reconnaître les cas de VBG et signaler les crimes commis, ainsi que sur l’importance de signaler les cas le plus rapidement possible et préserver les preuves, spécialement dans les cas de violence sexuelle.


.

Partager cet article

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn