Omoana House

Omoana Child Rehabilitation Center


Projet mis en place en partenariat avec St. Francis Health Care Services

Mbiko, Sud-Est de l’Ouganda

Problématique du projet


Manque d’information concernant le VIH/SIDA, pauvreté, désespoir et manque de volonté amènent certaines personnes responsables d’orphelins ou d’enfants vulnérables à ne plus leur fournir les soins nécessaires en période critique. Certains enfants séropositifs ont accès à des traitements tardivement, pour cause de discrimination, d’ignorance, d’influence religieuse ou de tradition. Des enfants séropositifs, épileptiques ou en situation de handicap sont notamment parfois considérés comme victimes de sorcellerie.

À tout cela s’ajoutent les problèmes de malnutrition. Malgré un climat favorable en Ouganda, le taux de malnutrition reste élevé. En 2007, 20% des enfants de moins de 5 ans souffraient d’insuffisance pondérale modérée et grave[1]. Le VIH/SIDA fait partie des nombreux facteurs influant cette situation. A la mort des parents, les besoins essentiels d’un enfant, tels que la nourriture et les soins, ne sont pas toujours comblés. Cette situation empire lorsque l’enfant est lui-même séropositif.
Aujourd’hui, l’Ouganda compte 2,6 millions d’enfants orphelins et 190'000 enfants séropositifs.

Objectif du projet


Réhabiliter des enfants séropositifs ou malnutris de la région de Jinja, favoriser leur réintégration au sein de leur communauté, et leur donner des perspectives d’un avenir pérenne.

Fonctionnement


Réhabilitation :
Le centre accueille chaque année provisoirement environ 30 enfants séropositifs et malnutris. Les enfants sont suivis par un docteur, un nutritionniste, des infirmiers, une travailleuse sociale et une mama, entourés par l’équipe médicale et les conseillers de notre partenaire St. Francis Health Care Services.
Durant la prise en charge, l’accent est porté sur des soins médicaux adaptés et personnalisés, et un régime alimentaire riche, varié et équilibré. Mama Damalie veille également à offrir aux enfants un cadre affectif adapté à l’âge et aux besoins des enfants. Teddy, la travailleuse sociale assure un soutien psychologique aux enfants du centre. Les enfants apprennent également l’importance de leur traitement et la manière dont ils doivent gérer ce dernier.

Réinsertion :
Lorsque leur état de santé s’est stabilisé, les enfants sont préparés à retourner au sein de leur communauté. L’entourage des enfants est également accompagné durant ce processus (explications sur la médication, sur la maladie, etc.). Une fois les enfants réintégrés, une visite mensuelle est assurée par le personnel du centre, afin de veiller à ce que leur santé demeure stable et pour conseiller les parents dans leurs difficultés quotidiennes.
La scolarité des enfants est également financée par le centre. Trois visites par années sont alors organisées dans les écoles, afin de veiller à ce que toutes les personnes en contact direct avec les enfants soient inclues au processus de réintégration et afin que les enfants réinsérés soient acceptés comme tout autre individu.

Sensibilisation :
Afin d’assurer une réintégration optimale des enfants accueillis au centre et pour éviter toute discrimination, des séances de sensibilisation sont effectuées au sein des écoles et des communautés. Durant ces séances, diverses problématiques sont abordées telles que le VIH/sida, encore trop méconnu, la stigmatisation, la nutrition ou l’hygiène.
De même, des séances de test volontaire sont organisées en partenariat avec St. Francis HCS afin d’offrir aux populations la possibilité de connaître leur séropositivité et tenter par ce biais d’enrayer la propagation du virus.

Pérennisation du projet :
Afin de diminuer les frais imputés à la nourriture, sans cesse en augmentation en raison de l’inflation rampante en Ouganda, divers projets générateurs de revenus ont été mis en place. Ainsi, Omoana Centre possède un champ où sont cultivés de nombreux végétaux, un jardin et un poulailler permettant d’élever 500 poulets. Lorsque leur état le leur permet, les enfants sont impliqués dans l’entretien de ces projets. L’objectif est double : procurer aux enfants un savoir-faire et diminuer les coûts du centre.